Fil d’informations RSS

Archives

Biodiversité

Impact sur les sols de l’exploitation forestière

tractorL’utilisation de grosses machines pour l’exploitation forestière a un impact négatif, et entraîne souvent un compactage important du sol.

Sous la direction de l’Institut fédéral de recherches WSL, une équipe internationale de scientifiques a examiné comment évoluent le sol et la vie qu’il abrite sous ces contraintes mécaniques.

Les chercheurs ont constaté que les conséquences sur le sol, les champignons et bactéries, et donc pour la régénération de la forêt sont importantes.

Plus d’infos

La nature au printemps

guide-salamandre-la-nature-au-printemps_fr_453La Salamandre vient de publier un nouveau guide « La nature au printemps », un ouvrage idéal pour découvrir la nature en cette saison.

Un guide ultra-compact pour explorer la nature autour de chez vous au printemps. Cette référence dense et claire deviendra votre indispensable compagnon pour reconnaître, distinguer et identifier les plantes, les petites bêtes et les oiseaux. A glisser dans votre poche, toujours à portée de main !

Pour plus d’informations et commander le guide.

Le retour des grands prédateurs doit être soutenu

Depuis de nombreuses années, les grands prédateurs sont de retour naturellement en Suisse et dans les pays limitrophes.

Malheureusement, certains milieux voient le retour de ces concurrents d’un mauvais oeil. Certains politiciens prennent justement position en défaveur de ces espèces pour un simple profit électoral et personnel.

Des arguments de peurs sont utilisés envers la population ainsi que l’argument de la place qui leur manque. Ces arguments montrent de nombreux lacunes dans la connaissance de ces espèces par ces personnes.

Une espèce est en expansion lorsque les territoires sont suffisamment grands et que la nourriture y est abondante, ce qui est le cas pour le loup, le lynx et l’ours qui sont de retour en Suisse de manière naturelle.

Il est temps de montrer clairement aux milieux politiques, la volonté du peuple et de faire respecter les engagements de notre pays.

En signant l’initiative populaire Pro Fauna, vous soutenez les grands prédateurs par une mesure de protection, mais également par une mesure de protection des troupeaux.

Il ne s’agit pas de s’opposer à la chasse, mais de démontrer que ce loisir peut parfaitement se faire en adéquation avec la nature qui nous entoure.

La chasse n’a sa place que parce qu’elle joue le rôle du prédateur qu’elle a contribué à faire disparaître.

Je défends le retour des grands prédateurs

La sécheresse a un impact négatif sur la récolte de truffes

Une équipe internationale de chercheurs sous la direction d’Ulf Büntgen et de Simon Egli, de l’Institut fédéral de recherches WSL, a réussi à identifier la cause du recul continuel de la truffe du Périgord Tuber melanosporum : la sécheresse estivale accrue dans l’espace méditerranéen. Telle est la conclusion d’une étude publiée en ligne le 27 novembre 2012 dans la revue « Nature Climate Change« .

Source

Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL

Le changement climatique modifie l’avifaune suisse

La Station ornithologique suisse attire l’attention sur les effets du changement climatique sur l’avifaune indigène.

Les populations d’espèces d’oiseaux thermophiles ont déjà fortement augmenté depuis au moins vingt ans. Le nouveau « Swiss Bird Index® Climate Change » de la Station ornithologique suisse montre la corrélation entre le changement climatique et l’évolution de l’avifaune indigène.

Continuer la lecture

Migration des amphibiens

La migration des amphibiens et les mesures de protection dans le Canton du Jura.

Respecter, c’est protéger

Image de skieur carvingL’hiver représente pour la faune sauvage des Alpes une période très difficile.
Les animaux limitent fortement leurs déplacements pour économiser leur énergie. Lors de dérangements imprévus, les oiseaux s’envolent et consomment beaucoup d’énergie.
Pour éviter cela, les cantons définissent des zones de tranquillité pour le gibier, dans lesquelles les activités humaines sont limitées.
Toutes les zones de tranquillité de Suisse sont synthétiquement représentées sur deux pages internet. Utilisez ces entrées pour vous informer lors d’excursions hivernales et planifier votre itinéraire en conséquence.

Quatre règles

  1. Respectez les zones de tranquillité et les sites de protection: les animaux sauvages s’y retirent pour se nourrir et se reposer.
  2. En forêt, restez sur les itinéraires et les sentiers balisés: les animaux sauvages peuvent ainsi s’habituer à votre présence.
  3. Évitez les lisières et les surfaces non enneigées: les animaux sauvages apprécient tout particulièrement ces endroits.
  4. Tenez votre chien en laisse, en particulier en forêt: les animaux sauvages fuient en présence de chiens en liberté.

 

Liens:

 
Nous vous souhaitons de belles excursions hivernales!

La biodiversité est en net recul

Parmi les 1.8 millions d’espèces décrites par les biologistes, on distingue près d’un million d’insectes et 300’000 plantes.
Toutes ces espèces ne sont pas présentes pour leur beauté. Chaque espèce joue un rôle important par ses relations avec son milieu et les autres espèces.
Le grand nombre d’espèces, la biodiversité et les interactions entre les plantes, les animaux, les microorganismes et l’espèce humaine permettent à la vie de se perpétuer.

La biodiversité est indispensable à la vie.

Malheureusement, elle est en péril par la période d’extinction massive qu’on vie actuellement. Ceci est la conséquence de l’explosion démographique humaine qui exploite et colonise plus rapidement que jamais.
Notre espèce a tout de même sa place dans la nature, mais à condition de la respecter et de l’exploiter correctement. Une trop grande densité de moutons dans les Alpes, et broutant dans des milieux inadéquats, porte une atteinte grave à la biodiversité par une destruction des pelouses alpines et une érosion du terrain.
Chacun peu favoriser la biodiversité en se comportant de manière respectueuse dans la nature en ne cueillant pas de fleurs, en n’hurlant pas en pleine forêt et en ne sortant pas des chemins balisés.
Chez soi, il suffit de remplacer le gazon vert monotone par une prairie de fleurs, habitée par des papillons et le hérisson, et qui sera fouchée au bon moment.

Une chance pour les oiseaux des prairies

La Station ornithologique suisse et l’Association Suisse pour la Protection des Oiseaux ASPO/BirdLife Suisse approuvent les lignes directrices de la politique agricole 2014-17

Dans le cadre de la procédure de consultation sur la politique agricole 2014-17, le Conseil fédéral propose de supprimer les contributions forfaitaires pour animaux. Ce pas important vers une agriculture proche de la nature contribue à faire baisser la pression sur les espèces menacées comme le tarier des prés et l’alouette des champs. Sans cela, l’appauvrissement des prairies va continuer à progresser, également dans les régions de montagne.

Continuer la lecture

Les oiseaux exigeants sont en régression

Un suivi de l’avifaune suisse sur 20 ans

Le Swiss Bird Index SBI® montre que les effectifs des oiseaux qui ont des exigences élevées en matière d’habitat ont diminué en Suisse ces 20 dernières années. Les oiseaux nichant dans les marais et au bord des cours d’eau ont tout particulièrement de la difficulté à maintenir leurs effectifs. Si l’indice de l’ensemble des oiseaux nicheurs a tout de même une tendance positive, c’est surtout grâce aux espèces très répandues et peu exigeantes.

La Station ornithologique suisse, en collaboration étroite avec quelques centaines de bénévoles, surveille depuis longtemps l’évolution des effectifs des oiseaux nicheurs de Suisse. Avec le nouveau Swiss Bird Index SBI®, elle présente aujourd’hui les tendances précises de ces 20 dernières années.

Gagnants et perdants

« Si on considère l’évolution, durant ces 20 dernières années, de toutes les espèces d’oiseaux qui nichent régulièrement en Suisse, on voit qu’elle est légèrement positive », constate Niklaus Zbinden, le responsable du programme de suivi à la Station ornithologique suisse. « Parmi les 171 espèces évaluées, 72 sont en augmentation. »

Cependant, la Station ornithologique suisse se fait du souci pour les 40 espèces qui présentent une évolution négative, dont plusieurs figurent sur la Liste rouge. « Ce sont les effectifs des oiseaux nichant dans les marais qui évoluent le plus mal ». Il n’y a plus aucun indice de nidification pour le courlis cendré depuis 2007, ni pour la bécassine des marais depuis 2009.

Montrer l’état de la biodiversité

« Le Swiss Bird Index SBI® a été mis au point par la Station ornithologique suisse. Depuis 1990, il documente la situation des oiseaux nicheurs de Suisse avec des indices éloquents. Figurant parmi les indicateurs-clés de la stratégie de « développement durable » du Conseil fédéral, le Swiss Bird Index SBI® reflète l’état de la biodiversité en Suisse.

 

Communiqué de presse de la Station ornithologique suissse du 16.06.2011

Source

Keller, V., M. Kéry, H. Schmid & N. Zbinden (2011): Swiss Bird Index SBI®: Update 2010. Fiche Info. Station ornithologique suisse, Sempach.