Fil d’informations RSS

Archives

Plantes

Comment des buissons réduisent l’effet de régulateur climatique des tourbières

Pour la première fois, des scientifiques du WSL et de l’EPFL ont montré comment, sur le long terme, les tourbières pourraient ne plus remplir leur rôle d’écosystèmes les plus performants pour capturer le carbone. Ils ont étudié les mécanismes d’un phénomène connu sous le nom d’embroussaillement des tourbières: des interactions complexes entre plantes et microorganismes sont à l’origine de ces changements de végétation observés à l’échelle mondiale. Les résultats ont été publiés dans la revue Nature Climate Change.

Liens: Projet “Climabog” soutenu par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique

 

Les herbivores limitent la perte de biodiversité

ibexLes animaux qui broutent réduisent la perte de biodiversité provoquée par l’épandage d’engrais dans les prairies. Comme ils se nourrissent principalement de plantes relativement grandes, ils favorisent indirectement les petites espèces. Celles-ci reçoivent alors plus de lumière, ce qui améliore la diversité. C’est ce que rapporte dans la revue scientifique Nature une équipe internationale à laquelle participent l’Institut fédéral de recherches WSL et l’Université de Zurich.

Plus d’informations

Les Jardins du Manoir d’Eyrignac

Au cœur des collines du Périgord Noir se cachent les Jardins du Manoir d’Eyrignac, un jardin secret, patrimoine privé entretenu sous le signe de la passion.

La tradition française du travail manuel à l’ancienne, la précision de la taille, la maîtrise des végétaux, la perfection des détails : tout est harmonie dans la rigueur.

Patrick et Capucine Sermadiras, les propriétaires actuels, continuent de privilégier l’exception d’un des plus beaux jardins de France.

L’Art Topiaire prend ici tout son sens. L’Allée des Charmes, si puissante, est un chef d’œuvre d’architecture végétale. Les arabesques du Jardin Français, les spirales de buis, les ifs à plateaux sont autant de tableaux de la nature qui rendent hommage à cet art de discipliner les végétaux, telles des sculptures, et de les orchestrer, tel un virtuose, dans toute une symphonie de vert.

Ces jardins d’élégance française et italienne, Monuments Historiques, sont empreints de l’amour d’une famille depuis plus de 500 ans : Eyrignac est un lieu vivant, un lieu en mouvement, habité toute l’année.

Eyrignac c’est ainsi d’abord un havre de paix et de verdure qui encadre le manoir du XVIIème. Les charmes, les ifs et les buis y sont d’une rectitude exemplaire. On y trouve aussi en saison, différentes fleurs qui apportent poésie et légèreté à l’ensemble des jardins.

Ici les fleurs sont uniquement de couleurs bleues, blanches et jaunes qui se détachent sur des camaïeux de verts.

Ainsi 5500 bulbes sont plantés chaque année en octobre/novembre : Tulipes, Jacinthes et narcisses viennent fleurir les sous bois du domaine et l’ensemble des jardins à l’entrée du printemps. 2500 annuelles sont également plantées chaque printemps pour que l’été soit fleuri à Eyrignac…

On trouve dans les Jardins plus de 700 rosiers blancs de 5 variétés différentes, la grande majorité se trouve dans le jardin blanc. Pour finir, les vivaces et les arbustes se trouvent essentiellement autour du parterre à la française, la floraison est estivale.

Ainsi, les deux sentiers botaniques de 2,5 et 4,5kms, sur le domaine de 200 hectares, à l’extérieur des jardins, on été conçus comme un complément idéal à la nature façonnée des jardins. Ils vous invitent à la découverte des végétaux de la région, de leurs vertus et leurs utilisations.

Nombreux sont les jardins qui, bien que magnifiques, ne possèdent pas ce «petit quelque chose », ce supplément d’âme qui existe à Eyrignac, parce que chaque jour, depuis toujours un œil attentif le regarde, un pas serein le parcourt.

Les Jardins du Manoir d’Eyrignac représentent l’excellence dans l’art des jardins. Ils sont uniques et exceptionnels.

 

Les plus beaux parcs et jardins de France

Le site Les Plus Beaux Parcs et Jardins de France recense les parcs et jardins exceptionnels de par leur tradition, leur raffinement, et l’attention que les propriétaires leur portent.
Nous y retrouvons les célèbres jardins de châteaux, tels Versailles, Vaux le Vicomte, et des jardins privés tels les Jardins de la Villa Ephrussi de Rothschild, les jardins d’Eyrignac…
Chacun est porteur d’une tradition et d’une variété toute particulière. Nous y rencontrons des jardins exotiques, des jardins à la française, des jardins à l’anglaise, une bambouseraie et bien d’autres types de somptueux  jardins.

Surveillance rapprochée en Europe pour les pique-assiette de la nature

La biodiversité de l’Europe est menacée par l’intrusion d’espèces venues d’ailleurs telles que le rat musqué ou la berce géante, mais on en sait peu sur l’étendue du problème. Ces espèces allogènes envahissantes (IAS) peuvent perturber la flore et la faune locales, occasionner des dommages considérables à la nature et nuire gravement à l’économie.
La Commission européenne a lancé le 3 mars une consultation en ligne destinée à collecter des suggestions sur les moyens les plus efficaces de réagir à ce problème à l’échelle de l’Union européenne. Les résultats de cette consultation seront utilisés pour l’élaboration d’une communication de la Commission sur un cadre communautaire relatif aux espèces allogènes envahissantes, dont l’adoption est prévue pour la fin de l’année.

http://ec.europa.eu

Le paysage pour le bien-être de tous

Le Fonds suisse pour le paysage (FSP) a le mandat de distribuer 50 millions de francs en dix ans pour la sauvegarde de paysages traditionnels proches de l’état naturel.
Les projets subventionnés sont étudiés de très près et soumis

Un arbre pour piéger les CO2 atmosphérique dans le sol

Une subtile alliance entre un arbre, des champignons et des bactéries permettrait de réduire sensiblement la teneur en dioxyde de carbone dans l’atmosphère, et de lutter ainsi contre l’effet de serre.
Des chercheurs de l’Université de Neuchâtel ont découvert un moyen de piéger le carbone atmosphérique dans le sol ou il peut rester prisonnier jusqu’

Le lierre n’est pas un parasite

À tort, depuis longtemps, le lierre est considéré comme parasite, mais il n’en est rien.
Le lierre, Hedera helix, est une plante faisant la photosynthèse et par conséquent produit elle même son énergie en utilisant les minéraux du sol et le CO2 atmosphérique pour produire sa masse végétale.
Les arbres ne sont que des supports et le lierre s’y développe car il y a de la lumière. C’est donc parce que les branches deviennent sèches que le lierre pousse et non l’inverse. Le lierre est une aubaine pour les abeilles puisque la plupart des plantes ont terminées leur floraison. Son feuillage permet aux chevreuils de se nourrir et de faire le plein avant l’hiver. De plus, il protège les insectes, les oiseaux et les mammifères du vent, de la neige et du froid.
Au printemps, c’est au tour des oiseaux de se nourrir de ses fruits alors que les plantes les plus précoces ne sont même pas en fleurs.
En été, le lierre permet

Stop aux thuyas

Marre de vos haies monotones?
Les animaux ne les aiment pas non plus!
Il est grand temps de remplacer vos thuyas ou vos lauriers-cerises. Si l’on souhaite des haies taillées, la viorne ou le troène font parfaitement l’affaire.
On peut aussi mélanger les espèces pour planter une haie sauvage. Pour les petits jardins, on préfère les espèces qui ne grandissent pas trop, comme le fusain.
Vos nouvelles haies améliorent l’esthétique tout en favorisant la microfaune.

Verband Natur Garten

Des coléoptères contre les plantes envahissantes?

L’introduction de prédateurs naturels n’est pas seulement envisagée pour lutter contre des ravageurs agricoles. En Angleterre, le CABI mène des essais pour déterminer s’il serait possible de contenir l’expansion de la renouée du Japon (Reynoutria japonica) par des méthodes biologiques classiques.
Introduite comme plante ornementale, cette espèce provoque aujourd’hui d’énormes problèmes dans les cours d’eau et les réserves naturelles. Les antagonistes