Fil d’informations RSS

Archives

alimentation

Je confectionne plusieurs repas par semaine sans viande

Environ 70% des terres cultivées sur notre planète servent à nourrir du bétail.

Quelques fait scientifiques:

  • Il faut une calorie de blé pour produire une calorie de pain
  • Il faut 12 calories de blé pour produire une calorie de poulet
  • Il faut 10 calories de blé pour produire une calorie de boeuf

Avec toutes ces céréales, on pourrait nourrir bien plus de monde et donc dépenser globalement beaucoup moins d’énergie.

En stoppant cette course à la consommation de viande, on participe aussi à diminuer la déforestation.

L’humain n’est pas vraiment un carnivore !

Nous sommes ce que nous mangeons

keimling_smallConsommer des produits bio est bon la nature et l’environnement, mais si ces produits sont également bons pour la santé et notre quotidien c’est encore mieux.

Notre consommation de viande est bien trop importante et la diminuer est une habitude et un réflexe à prendre. A cela peut s’ajouter une alimentation plus saine et équilibrée en choisissant des produits riches en fibres et en vitamines.

Depuis plusieurs années, on parles de smoothies et autres préparations à base de fruits et de légumes frais. L’utilisation d’un blender s’est véritablement généralisée, mais faut-il encore y mettre de bon produits. On veillera donc particulièrement à choisir des fruits et légumes bio ainsi que des fruits séchés et à coques de bonne qualité.

Le choix du fournisseur n’est pas toujours simple au vu du grand nombre de sites internet qui se développent, mais après en avoir testé quelques-uns, keimling.fr a un choix très grand en fruits sec et à coques et la qualité des produits et remarquable. De plus, les produits Keimling sont connu et existent depuis bien longtemps.

 

Consommer mieux c’est se sentir mieux et n’hésitez pas à faire quelques expériences alimentaires !

Je consomme des produits issus de l’agriculture biologique

Les produits bios sont cultivés en respectant la nature et sont meilleurs pour notre santé.

On évite ainsi les pesticides qui contaminent notre organisme et qui polluent notre environnement, notre eau potable, notre terre.

Moins de produits toxiques dans notre alimentation est un gage de meilleure santé.

Je fais un repas de Noël écologique

Afin de diminuer son impact sur l’environnement et de limiter ses dépense, il faut choisir des aliments locaux, modérer sa consommation de viande, éviter les produits exotiques, ne pas utiliser de produits à usage unique et trier tous les déchets.

En appliquant quelques-uns de ces conseils, chacun peut passer un excellent Noël avec bonne conscience et le mérite d’avoir fait un petit geste pour préserver la planète pour le bonheur nos enfants.

J’évite les plats cuisinés

La préparation des plats cuisinés, le transport ainsi que l’emballage utilisé représente une dépense d’énergie et de matière qui n’est pas négligeable.

Il est ainsi plus écologique et plus économique de ne pas utiliser ce type aliments. Le goût et la santé en sera meilleures puisque ces aliments ne sont pas frais et comportent bien souvent trop de sel.

Je choisis une plaque de cuisson à induction

La technologie à induction est très avantageuse du point de vue consommation énergétique puisqu’elle consomme 30% d’énergie en moins par rapport à un vitrocérame.

Un avantage important à l’utilisation est la rapidité d’utilisation qui est comparable au gaz. La casserole chauffe très rapidement et dès qu’on l’enlève de la plaque, cette dernière refroidit très rapidement. S’il n’y a rien sur la plaque et qu’elle est enclenchée, elle ne chauffe pas, ce qui est un avantage sécuritaire, surtout avec les enfants.

Je privilégie les viandes blanches pour les grillages estivales

Les viandes blanches comme le poulet ou la dinde demandent beaucoup moins d’énergie à la production et ces animaux produisent pour ainsi dire pas de méthane en comparaison aux animaux à viande rouge.

Les bovins ont un impacte beaucoup plus important sur l’environnement puisqu’ils produisent beaucoup de méthane qui a un effet de serre 23 fois supérieur à celui du gaz carbonique.

Pour exemple, il faut 4 Kg de céréales pour produire 1 Kg de poulet et 6 Kg de graines pour produire 1 Kg de porc. Concernant la consommation d’eau, il faut 4’600 litres pour produire 1 Kg de porc et 13’500 litres pour le kilogramme de boeuf, alors que 1 Kg de blé en demande 1’000.

Une autre alternative est de tenter les insectes !

Je consomme de la viande locale

Bien que consommer de la viande demande plus d’énergie que de consommer des végétaux, la plupart d’entre nous en consomment.

Afin de diminuer de manière très importante l’énergie dépensée pour son transport et sa production de la viande, il est préférable de se la procurer proche de chez soi.

De plus si cette viande est produite sans OGM, sans huile de palme, sans soja et avec des produits locaux, c’est l’idéal.

En faisant ce choix, on protège notre environnement proche et on contribue à l’économie locale.

Je diminue ma consommation de viande

La production de viande est très gourmande en énergie, en sol et en eau. Il faut près de 4 Kg de céréales pour produire 1 Kg de poulet et 6 Kg de graines pour produire 1 Kg de porc.
Concernant la consommation d’eau, il faut 4’600 litres pour produire 1 Kg de porc et 13’500 litres pour le kilogramme de boeuf, alors que 1 Kg de blé en demande 1’000.
De plus, les bovins ont un impact beaucoup plus important sur l’environnement puisqu’ils produisent beaucoup de méthane qui a un effet de serre 23 fois supérieur à celui du gaz carbonique.
La consommation moyenne européenne est d’environ 250 grammes par jour, ce qui est très élevé et une diminution de l’alimentation carnée est loin de nuire à la santé.

Je choisis des chips en sachets plutôt qu’en tubes

Les chips en tubes de carton ont un bilan écologique six fois moins bon que les chips en sachets.

En effet, il faut beaucoup plus d’énergie pour l’emballage et les déchets sont plus importants. De plus, une bonne partie du volume du tube est vide, ce qui n’est pas le cas des sachets. Le transport des chips en tubes est donc moins efficient et pollue donc plus.

Il est donc préférable de choisir les chips en sachet, bien que les chips ne soient pas une référence diététique et écologique.

 

Référence: Magazine «Environnement», 2011/02, OFEV