Fil d’informations RSS

Archives

loup

Journée internationale de la montagne

L’ agriculture de montagnes contribuent à la biodiversité de notre environnement par une exploitation extensive et durable.

Cette contribution à la protection des espèces doit aussi bénéficier aux grands prédateurs qui reprennent progressivement leur place. Le retour du lynx depuis de nombreuses années a démontré que notre société peut vivre sans problème majeur avec les grands prédateurs et l’arrivée du loup des Grisons au Jura démontre une extension inévitable de son territoire. Plus récemment, c’est l’apparition de l’ours qui a à nouveau démontré cette évolution naturelle.

Les débats émotionnels sur les grands prédateurs sont dépassés et il faut revenir à des arguments objectifs et scientifiques permettant des décisions politiques pertinentes, durables et cohérentes.

Soutenez l’agriculture alpine et le retour des grands prédateurs !

Plus d’infos

Le retour des grands prédateurs doit être soutenu

Depuis de nombreuses années, les grands prédateurs sont de retour naturellement en Suisse et dans les pays limitrophes.

Malheureusement, certains milieux voient le retour de ces concurrents d’un mauvais oeil. Certains politiciens prennent justement position en défaveur de ces espèces pour un simple profit électoral et personnel.

Des arguments de peurs sont utilisés envers la population ainsi que l’argument de la place qui leur manque. Ces arguments montrent de nombreux lacunes dans la connaissance de ces espèces par ces personnes.

Une espèce est en expansion lorsque les territoires sont suffisamment grands et que la nourriture y est abondante, ce qui est le cas pour le loup, le lynx et l’ours qui sont de retour en Suisse de manière naturelle.

Il est temps de montrer clairement aux milieux politiques, la volonté du peuple et de faire respecter les engagements de notre pays.

En signant l’initiative populaire Pro Fauna, vous soutenez les grands prédateurs par une mesure de protection, mais également par une mesure de protection des troupeaux.

Il ne s’agit pas de s’opposer à la chasse, mais de démontrer que ce loisir peut parfaitement se faire en adéquation avec la nature qui nous entoure.

La chasse n’a sa place que parce qu’elle joue le rôle du prédateur qu’elle a contribué à faire disparaître.

Je défends le retour des grands prédateurs