Fil d’informations RSS

Archives

déchets

J’utilise du papier recyclé pour imprimer

Contrairement aux idées reçues, le papier recyclé est de même qualité que le papier non-recyclé. Accusé il y a longtemps de bloquer et d’encrasser les machines, actuellement et depuis de nombreuses années, ce n’est plus le cas.

Non seulement on évite de couper des arbres, mais en plus la consommation énergétique et en eau pour sa confection est beaucoup plus faible.

Il faut faire une choix raisonnable et promouvoir le papier recycler.

Je choisis des produits à base de papier recyclé
Le papier recyclé est plus favorable à l’environnement que le non-recyclé

Je recycle ma brosse à dents et mes stylos en banc de jardin

Chaque semaine, d’innombrables brosses à dents, stylos ou tubes de dentifrice sont brûlés à l’incinérateur, alors qu’ils peuvent désormais être recyclés.

Grâce à l’entreprise TerraCycle et à ses programmes de recyclage, il est désormais possible de collecter et d’envoyer gratuitement ses produits de soin bucco-dentaires usagés ou ses instruments d’écriture vides afin que leur matière soit réutilisée à cent pour cent au lieu d’être détruite.

De plus, pour chaque déchet envoyé, deux centimes seront dépensés en faveur d’une association d’intérêt général de votre choix.

Plus d’infos

Proches de vous. Les paysans suisses. Vraiment ?

Il est évident que brûler des pneus, du foin mouillé ou des plastiques de balles rondes émane des dioxines qui sont néfastes à la santé publique.

De nombreux efforts sont fait par les entreprises et la population pour ne pas trop polluer notre environnement.

Mais apparemment, il y a toujours un secteur d’activité qui, régulièrement, ne respecte pas la législation et porte atteinte au 98% de la population qui paye pour eux.

Brûler ses déchets agricoles est une habitude qui durent depuis trop longtemps.

Je ne change pas de téléphone mobile inutilement

Un nouvel abonnement ou le renouvellement de celui-ci permet la plupart du temps d’obtenir un nouveau téléphone mobile ayant quelques fonctions supplémentaires souvent très peu utilisées.

Le changement d’un téléphone mobile a un coût relativement élevé, pas seulement en énergie, mais en argent et c’est le client qui le paie.

Au lieu de demander un nouveau mobile, il est bien plus raisonnable de demander une réduction sur le prix de l’abonnement, ce que la plupart des opérateurs acceptent (très facilement sous la menace d’une résiliation et du changement d’opérateur).

Soutien au recyclage de piles en Suisse

95% des Suissesses et des Suisses savent que les piles n’ont rien à faire dans les poubelles

Image de Battery ManToutefois, la mise en œuvre concrète ne marche pas encore très fort: près de 30 millions de piles sont jetées chaque année en Suisse. Il y a nécessité d’action.

Un héros pour la Suisse

Le taux de restitution des piles s’élève actuellement à 69,3%, 1 pile sur trois ne trouve donc pas encore le chemin du système de recyclage. C’est pour changer cette situation que l’Organisation d’intérêt pour l’élimination des piles (INOBAT) s’engage. Son objectif: atteindre le taux de restitution de 80% fixé par la Confédération. Elle bénéficie dans cette tâche du soutien dynamique de Battery-Man. Celui-ci se bat contre l’inattention et la paresse des Suissesses et des Suisses – par des actions intrépides dans des campagnes à la télé et sur Internet et par une tournée en autobus à travers la Suisse.

Recherche d’alliés partageant les mêmes vues

Il y a en Suisse plus de 11’000 points de collecte, qui sont tenus par la loi de reprendre les piles et les accus. Il est donc facile de devenir un allié ou une alliée de Batterie-Man. Du reste, celui-ci propose régulièrement des informations et des concours avec des prix captivants pour ses fans sur Facebook.

Liens

Je recycle mes piles usagées

Le recyclage des piles semble une évidence pour bon nombre de personnes, mais il est impératif dans ce cas de ne jamais y déroger, tellement leur contenu est polluant.

Une pile bouton peut à elle seule contaminer plus de 500 litres d’eau ou 1 tonne de terre !

Je me comporte dans le respect de l’environnement même en vacances

Durant les vacances, on a tendance à oublier et à passer par dessus certains bons principes que l’on s’est fixés. On se simplifie la vie et dans un pays étranger chacun a vite fait de se déculpabiliser de ses mauvais comportements.
L’environnement est celui de tous et la pollution touche chaque individu ou que l’on soit. Il faut donc garder les bonnes habitudes, les différents écogestes pratiqués chez soi.

En vacances, je pratique donc les écogestes suivants:

Je recycle mes cartouches d’imprimante

Les cartouches d’imprimantes à jet d’encre ou laser sont recyclables et bon nombre de marques les reprennent sans frais, mais il existe l’alternative du remplissage et du reconditionnement de la cartouche. Plusieurs entreprises le proposent, à chacun de se renseigner près de chez soi.

Il ne faut surtout pas les jeter à la poubelle. On évite ainsi de grandes quantités de déchets et on réutilise une cartouche qui n’a en fait que peu servi. Beaucoup de ces cartouches ont en effet un petit réservoir.

J’évite les photocopies inutiles

En ne photocopiant que ce qui est vraiment utile, on diminue la consommation de matière première ainsi que de l’énergie.

En conséquence il y a moins de déchets à recycler et ça coûte beaucoup moins cher.

Je refuse les sacs en plastique

Lors d’un achat, on nous propose systématiquement un sac en plastique, pire encore, on ne nous demande pas notre avis. Bien souvent, ne se trouve qu’un ou deux produits dans le sac qui finira trop souvent directement à la poubelle arrivé chez soi.

Il faut refuser au maximum ces sacs et indiquer au commerçant qu’on refuse car ça pollue. C’est de l’information et de la sensibilisation par l’acte, visible et entendu par les personnes présentes.