Fil d’informations RSS

Archives

Une chance pour les oiseaux des prairies

La Station ornithologique suisse et l’Association Suisse pour la Protection des Oiseaux ASPO/BirdLife Suisse approuvent les lignes directrices de la politique agricole 2014-17

Dans le cadre de la procédure de consultation sur la politique agricole 2014-17, le Conseil fédéral propose de supprimer les contributions forfaitaires pour animaux. Ce pas important vers une agriculture proche de la nature contribue à faire baisser la pression sur les espèces menacées comme le tarier des prés et l’alouette des champs. Sans cela, l’appauvrissement des prairies va continuer à progresser, également dans les régions de montagne.

La Station ornithologique suisse et l’Association Suisse pour la Protection des Oiseaux ASPO/BirdLife Suisse se prononcent sur la politique agricole 2014-17 proposée par le Conseil fédéral. Elles approuvent en particulier l’abolition des contributions forfaitaires pour animaux et le principe « argent contre prestation ». Si elle est appliquée de manière conséquente, la politique agricole peut avoir une influence positive sur la biodiversité de la Suisse. Un examen plus approfondi montre cependant que de fortes améliorations sont encore nécessaires.

Pas suffisant

Malheureusement, le Conseil fédéral ne réussit pas à appliquer ses propres principes de manière cohérente. Il reste en effet des contributions forfaitaires dont l’effet ne correspond pas à l’un des objectifs de la Constitution. C’est ainsi que les contributions à la surface, contestées, continueront à être versées sous couvert de la sécurité de l’approvisionnement. En outre, les « objectifs environnementaux pour l’agriculture » élaborés par l’OFAG lui-même, en collaboration avec l’Office fédéral de l’environnement, sont à peine pris en compte dans le document mis en consultation. La Station ornithologique suisse et l’ASPO/BirdLife Suisse craignent donc que la réforme urgente du système des paiements directs reste enlisée à mi-chemin.

Du pain et des fleurs

Les agriculteurs, surtout ceux de IP Suisse et Bio Suisse, témoignent qu’écologie et production alimentaire ne sont pas opposées. Ils produisent des denrées alimentaires de grande qualité avec des méthodes de production respectueuses de l’environnement et de la faune sauvage et ils entretiennent des surfaces qui profitent à la biodiversité. La Station ornithologique suisse et l’ASPO/BirdLife Suisse réclament que de telles prestations en faveur de la société bénéficient davantage de paiements directs à l’avenir. Cela notamment dans les régions de montagne, où il existe encore une riche biodiversité qu’il s’agit tout particulièrement de conserver.

 

Communiqué de presse de la Station ornithologique suissse du 22.06.2011